Chroniques de Francine R.

Note : 5 sur 5.

Boris Golzio

Glénat (2018)

9782344025505

Page officielle

Résumé de l’éditeur Francine R. est arrêtée avec sa sœur par la Gestapo à Pouilly-sous-Charlieu, dans la Loire, le 6 avril 1944, pour les faits de résistance de leur frère Joannès. De là, elles partiront dans un convoi de femmes puis elles seront séparées : sa sœur expédiée en camps de travail à Hanovre ; Francine à celui de Watenstedt dans les usines d’armement Herman Göring. Tout au long de son parcours, rien ne lui sera épargné : frappes dès son arrestation par la Gestapo, humiliations continues, trajets en train dans un wagon à bestiaux, accueil par des chiens loups sur le quai de la gare du camp de concentration, expérience médicale, déshabillage des morts, pillage des vivants, travail forcé… Mais aussi, la permanence de l’espoir de sortir vivant de cet enfer, la lumière de deux hommes, un français et un algérien croisés à Watenstedt, le sabotage du travail à la chaine, l’émotion à la libération du camp, la première nuit dans un vrai lit, le 14 juillet de la libération à Paris.

Francine a évoqué tout cela en détail à Boris Golzio dans un long entretien. Longtemps resté avec cette matière entre les mains, l’auteur décide aujourd’hui de retranscrire cette parole dans un récit de bande dessinée dont le dessin se fait le plus neutre et naïf possible afin de rendre l’horreur supportable. Un récit où le texte n’est composé que par la voix de Francine, dans son langage à elle, brut, fait d’hésitations, de répétitions et de tremblements, afin de respecter la vérité ontologique de ses propos et de rendre compte de la meilleure manière possible ce que fut la vie de cette femme. Une résistante, déportée, parmi des milliers d’autres, mais dont chaque voix, chaque parole est unique et doit être sauvée de l’oubli.

Francine R. est une rescapée des camps de concentration allemands. Elle livre dans cet ouvrage, sous le dessin très respectueux de Boris Golzio, le témoignage d’une jeune fille, d’abord résistante, puis déportée dans un camp en Allemagne.

Témoignage oral transformé en bande dessinée, le travail est rigoureux et documenté. Il en reste un récit touchant, plein de vie malgré l’horreur et porteur d’un message de devoir de mémoire.

Attention, ce récit n’en est pas moins violent dans l’ignominie, même si l’auteur en a minimisé sa visibilité dans son dessin afin, j’imagine, de ne pas en rajouter.

#témoignage #résistance #mémoire #bdhistorique

Découvrir un extrait

Babelio
Fnac