Je ne suis pas un héros

Sophie Adriansen

Fleurus (2020)

9782215167518

Feuilleter

RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR « – Elles vont rester longtemps chez nous ? 
– Quelques jours, je pense, poussin. Le temps qu’on trouve une solution plus pratique pour tout le monde. Dès demain matin, j’irai me renseigner à la mairie pour avoir les coordonnées d’une association qui pourra les aider. 
– Mais pourquoi vous êtes rentrées avec elles ? Elles sont devant la boulangerie depuis des jours et des jours, elles peuvent bien y rester encore un peu. Chez nous, c’est chez nous.
– Il pleuvait, lapin. Des cordes. Elles étaient trempées, elles n’avaient pas d’endroit où s’abriter, et j’ai repensé à ce qu’a proposé ta sœur l’autre soir, je me suis dit que c’était trop bête, d’avoir une chambre d’amis vide alors qu’elles allaient dormir sous la pluie… Et voilà. 
– Oui mais… »

Moi, je ne veux pas partager mon plat préféré

Bastien est un jeune garçon bien élevé qui aime son prochain. Mais quand Bastien voit arriver chez lui, dans sa maison, une famille de sans-abris, et qu’en plus on l’oblige à partager son plat préféré et qu’on ne lui demande même pas son avis… Bastien sent comme quelque chose qui ne va pas. Jalousie ? Instinct de territoire ? Égoïsme ?

« On ne peut pas accueillir toute la misère du monde… » Bastien se rappelle des paroles de son père. Mais cette mère de famille, avec ses deux filles, il les connait maintenant. Il ne peut plus faire comme s’il ne savait pas qu’elles dormiraient encore dehors sous la pluie si sa maman n’avait pas fait ce geste : les accueillir.

Bastien refuse de voir dans quelle situation précaires elles sont. Bastien n’aime pas qu’on lui change ses habitudes. Bastien aurait aimé voir sa mamie, et puis d’ailleurs, il ne veut pas partager ses objets, ses parents, sa vie… Mais Bastien n’est pas mauvais, ni méchant. Il sent juste que la situation lui échappe.

Et si Bastien était une part de ce que nous sommes ?

Ce roman est un miroir de notre société. A petite échelle. Et vue par un jeune garçon. Mais un garçon qui réfléchit quand même, qui se pose des questions, s’interroge, interpelle…

Sophie Adriansen a écrit cette histoire après une rencontre avec un photographe d’une association qui vient en aide aux personnes sans domicile fixe. Il l’a fait poser dans une cabine téléphonique allongée sur le sol. Elle faisait semblant de dormir. Elle s’est rendue alors compte de la fragilité, de la vulnérabilité qu’on éprouve dans cette position, si près du sol…

#Jenesuispasunhéros #NetGalleyFrance



Autres livres sur le même thème

Quelqu’un m’attend derrière la neige

Timothée de Fombelle – Thomas Campi (ill.) Gallimard Jeunesse (2019) 9782075093668 Feuilleter RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR Parti de Gênes, Freddy d’Angelo doit livrer ses gelati en Angleterre pour les fêtes de Noël. Tandis qu’il part seul et fatigué à bord de son camion frigorifique jaune, une hirondelle quitte l’Afrique, à contre-courant de ses congénères, bravant le […]

Lire plus

L’homme qui marche

Géraldine Elschner / Antoine Guilloppé L’Élan vert (2018) Collection : Pont des arts 9782844554895 RÉSUMÉ DE L’ÉDITEUR Des jours durant, ils avaient marché. Des jours sans eau. Des jours sans pain. À fuir.Face à la mer, ils s’arrêtèrent. Était-ce là le bout du monde ? Lorsqu’un homme s’approcha pour leur parler d’ailleurs, de l’autre rive, […]

Lire plus