La cité du ciel

Amy Ewing

Robert Laffont (2019) Collection R

9782221239889

Feuilleter

« Dans trois jours, Sera Lighthaven procédera au plus grand acte de foi qu’une Céruléenne puisse accomplir, annonça la grande prêtresse. Elle plongera du promontoire situé dans les jardins Nocturnes et répandra son sang pour rompre le cordon. Elle sera honorée et chérie par nous toutes tandis que nous voyagerons vers notre nouvelle destination. »
Sera se sentait comme engourdie. Son cerveau refusait de faire le lien avec ce qu’elle venait d’entendre, comme si la grande prêtresse parlait de quelqu’un d’autre.
Nous sommes les Céruléennes, notre sang est magique.
Ces mots prirent un sens nouveau et absolument terrifiant à ses oreilles. Son sang allait causer sa mort…
Avec ce premier volet d’un diptyque, Amy Ewing nous offre un univers fabuleux peuplé de créatures enchanteresses.

Un univers fantastique enchanteur qui se confronte à une réalité violente et pragmatique

Sera est une jeune céruléenne qui s’apprête à se sacrifier au nom de la cité, au nom de la déesse Soleil. Mais que se cache-t-il réellement derrière ce sacrifice ? Est-il vraiment volontaire ? Pourquoi est-il si soudain ? Alors que les jeunes céruléennes ne parlaient que de la prochaine saison des mariages – mariages entre trois femmes, car les hommes n’existent ps sur cette planète – la grande prêtresse annonce que Sera a été désignée pour décrocher le cordon de la planète qui les nourrit depuis des millénaires…

Sur cette planète, vivent Agnès et Léo, deux enfants d’un très riches et craint entrepreneur, qui a pour projet secret de capturer des animaux enchantés pour en faire un ultime spectacle de son cru. Alors que tout oppose les jumeaux, un événement inattendu va bouleverser leur vie pour toujours et les rapprocher. Mais ils devront pour cela défier l’autorité paternelle…

Un roman merveilleux pas si enchanteur…

Quel contraste entre ce que vit Sera, avaec ses trois mères et cette atmosphère tout en douceur – forcée et en apparence – et cette candeur qui frôle la naïveté des premiers émois, avec cette violence faite aux femmes, aux hommes, aux animaux dans ce monde terrestre qu’est Kaolin ! Difficile de s’y retrouver, au début du roman, quand on change de point de vue et de personnage. Sommes-nous dans un roman fantastique, un roman féministe, un roman policier ? Que cherche à nous montrer Amy Ewing ?

Si l’on est dans un peu de tout cela en même temps, au fur et à mesure les événements s’accélèrent et les intentions se précisent. Miroir à multifacettes de notre société, La Cité du Ciel traite des travers d’une société patriarcale que nous avons pu connaître – et que nous connaissons encore sous certains aspects – et la met en opposition d’une société qui serait seulement composée de femmes, où les secrets et les non-dits n’en seraient pas moins destructeurs.


Autres livres sur le même thème